Comprendre le système de prévoyance en Suisse

         
       
     
   
 
   
   
     
       

Chaque pays possède son système de prévoyance en vue d’incidents ou bien pour ce qui est de la retraite. En Suisse, les mesures prises par la Confédération sont pensées pour assurer des conditions de vie décentes des personnes au moment de leur retraite. Vous pouvez en savoir plus dans les lignes suivantes.

Les trois piliers de prévoyance

L’âge de la retraite survient après que la vie professionnelle d’une personne en vient au point où elle peut enfin se reposer de ses années actives. En revanche, ce n’est pas l’idéal de ne plus travailler si on ne dispose pas des moyens financiers pour avoir une vie décente. Aussi, trois piliers pour la prévoyance sont mis en place pour répondre à des besoins se portant sur des points spécifiques :

  • Le premier pilier pour les besoins vitaux
  • Le second pilier pour un niveau de vie habituelle
  • Le troisième pilier comme complément

Les deux premiers piliers sont obligatoires, et le troisième pilier est facultatif, mais fortement recommandé. On peut les voir comme reliés entre eux sous forme de cercles concentriques, avec le premier pilier au centre, ensuite le deuxième et le troisième.

Les détails du premier pilier

Il s’agit d’une rente qu’on va toucher au moment où vous devenez une personne retraitée, dans le cas d’une incapacité de gains, ou encore en aide financière pour les personnes à votre charge en cas de votre décès. Elle va comprendre l’assurance-vieillesse et survivants (AVS) d’un côté et l’assurance invalidité de l’autre (AI).

La rente pour l’assurance vieillesse peut être entière si vous avez fait une cotisation en continu depuis l’âge de vos 20 ans jusqu’au moment de la retraite. Le montant va baisser en fonction des années où vous n’avez pas cotisé pour cela. Quant à l’assurance invalidité, elle va venir en aide financièrement aux personnes étant dans un état invalide qui ne leur permet pas de travailler. Cette aide est suspendue si la personne recouvre de nouveau sa validité.

Le 2ème pilier obligatoire

Le second pilier est une épargne obligatoire qui va être en lien direct avec votre salaire. Si vous cotisez de manière convenable pour celle-ci, vous pouvez toucher jusqu’à 60% de vos revenus une fois arrivés au moment de la retraite. Il est toutefois nécessaire de bien porter attention aux différents aléas de ce pilier, notamment aux moments où vous changez de travail.

Pour pouvoir bénéficier du 2ème pilier, il faut que vous soyez déjà bénéficiaire du 1er pilier, et également que votre salaire soit d’au moins 21,330 francs en 2019. Ce chiffre est évalué au fil du temps pour être mieux en concordance avec les conditions existantes. En outre, la combinaison du 1er et 2eme pilier n’est pas considérée comme suffisante pour une vie décente pendant la retraite, mais ils restent nécessaires.

Le 3ème pilier non obligatoire

C’est un recours qui doit être du propre chef du particulier et du professionnel, qui est invité à mettre de l’argent de côté pour le moment de la retraite. C’est un pilier privé, car le concerné paie la cotisation de par lui-même, et peut pour cela approcher des compagnies privées. Le 3ème pilier se distingue en deux versions, soit le 3A et le 3B.

Le 3A est le recours le plus recommandé si votre but premier est d’assurer une stabilité financière au moment de la retraite. En outre, cette solution va aussi vous garantir une remise d’impôt annuelle sur le revenu imposable. Le recours au 3B se fait plutôt en complément du 3A, et aussi si on souhaite placer de l’argent de côté afin de s’en servir plus tard pour un projet spécifique.

     
   

ch be lu ca